Un extrait du bulletin d’information de Hugh Becker à ses amis.

Hugh et son épouse, Debs, ont pris le temps de rénover leur chalet de Sussex pour faire le grand trekking jusqu’à notre village pour l’ouverture des studios.

Notre arrivée sur la Riviera a marqué un net changement de rythme par rapport à l’idylle endormie de Correns, bordée par la rivière Argens, d’une clarté cristalline. La planification de notre voyage dans cette partie de la Provence a commencé en février, lorsque les sculpteurs australiens Shona Nunan et Michael Cartwright ont envoyé une invitation par courriel pour l’ouverture de leurs nouveaux ateliers. Nous avons répondu avec empressement et avons cherché un logement le jour même. Malgré cela, le lit le plus proche à réserver se trouvait à environ sept kilomètres de là, dans le village moins attrayant de Cotignac.

Sur cinq étages d’un bâtiment de centre de village jadis abandonné, Shona et Michael ont créé une série de lieux très spéciaux pour sculpter, peindre et exposer leurs œuvres. Lors de l’inauguration officielle typiquement informelle du jeudi soir, le jovial maire de Correns (Michael Latz) a fait allusion à la valeur ajoutée que de si rares injections de rénovation, d’activités artistiques et commerciales peuvent apporter à une petite communauté rurale. La saveur cosmopolite était palpable – encore plus que lors de leur précédente exposition à Australia House en juin 2018 – et la soirée a été mémorable pour la richesse et la diversité des expositions ainsi que pour les amis, clients et agents qui ont filtré de haut en bas les escaliers en pierre usés du sol au sol.

Le’Reflet’ de Michael dans la porte du rez-de-chaussée
Et puis, le soir suivant, est venue la fête de célébration. Les fêtes viennent sous toutes les formes et dans toutes les tailles, mais celle-ci était proche de la perfection. Il s’agissait d’un château-château en partie en ruine situé sur un monticule massif au centre du village. Le concert avant le souper et la danse après le souper ont eu lieu dans un espace en plein air, sans doute une fois, alors qu’il était encore couvert et meublé, dans la salle baroniale. Vendredi, les musiciens provençaux traditionnels jouaient de la flûte, du tambour et d’un curieux instrument à cordes hybride dont la filiation devait quelque chose à une guitare, un violoncelle et un violon, en étant alternativement grattés, plumés et caressés par un archet. La musique, évocatrice du genre des troubadours médiévaux, était ponctuée au hasard par des martinets qui criaient au-dessus de nos têtes en formation serrée, flirtant avec des gargouilles et se faufilant à travers des fenêtres sans cadre. L’effet d’ensemble était magique et, plus tard, alors que le jeudi devenait vendredi et que les étoiles scintillaient dans la verrière, le plancher pavé semblait se réchauffer au rythme des pieds de gambader – certains plus vifs que d’autres !

Ici, au cœur de Correns, les heureux visiteurs des ateliers de Shona et Michael découvriront une fusion sans effort, une juxtaposition fascinante entre l’héritage des artisans traditionnels et la sculpture de pointe. La vénérable pierre des caves voûtées et les murs blanchis à la chaux des étages supérieurs embrassent une joyeuse explosion de talents créatifs, et notre mémoire est une des plus anciennes et modernes en parfaite harmonie.

Pour visiter les studios de Shona Nunan et Michael Francis Cartwright, veuillez prendre rendez-vous en écrivant à :

info@nunan-cartwright.com

call +33 (0)7 87 99 22 37

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*